Créer des relations justes: analyse de pratiques innovatrices, féministes et interculturelles dans le contexte canadien

Dans un temps où l’on cherche à vivre autrement la différence, sans une dévaluation de « l’autre », cet article présente des résultats d’une recherche réalisée sur le terrain à Montréal (Québec, Canada) dans le cadre de laquelle on a écouté le récit autobiographique spirituel de femmes féministes en...

Description complète

Enregistré dans:
Détails bibliographiques
Publié dans:Théologiques
Auteur principal: Couture, Denise 1959-
Type de support: Electronic/Print Article
Langue:Français
Vérifier la disponibilité: HBZ Gateway
Journals Online & Print:
Chargement en cours...
Publié: [2015]
Dans:Théologiques
Année: 2014, Volume: 22, Numéro: 1, Pages: 87-99
Accès en ligne: Presumably Free Access
doi
Description
Résumé:Dans un temps où l’on cherche à vivre autrement la différence, sans une dévaluation de « l’autre », cet article présente des résultats d’une recherche réalisée sur le terrain à Montréal (Québec, Canada) dans le cadre de laquelle on a écouté le récit autobiographique spirituel de femmes féministes engagées dans des pratiques interculturelles ou interreligieuses. La recherche se situe dans le contexte canadien et québécois où des féministes antiracistes de la base distinguent différents groupes géopolitiques entre lesquelles se jouent des relations inégalitaires et postcoloniales, dont les Autochtones, les personnes immigrantes, les Anglais et les Français. Sur le plan théorique, le travail s’inscrit dans le champ d’une théologie féministe interculturelle et multireligieuse. On a écouté les récits de femmes qui appartiennent à diverses traditions religieuses ou spirituelles. Quelles stratégies mettent-elles en oeuvre pour créer une justice relationnelle ? On a retenu quatre dimensions de leurs actions : la critique des hiérarchies pour instaurer l’égalité, un désapprentissage des propres préjugés, la construction d’une estime de soi qui intègre les histoires de souffrance de soi et des autres, et la force transformatrice du groupe d’affinité.
In those times, when one tries to live the difference in other ways, without devaluating “the other”, this paper presents the results of a study made in Montréal (Québec, Canada) that focused on the autobiographical spiritual narratives of feminist women that are engaged in intercultural or interreligious practices. The study is made in a context where grassroots antiracist feminists distinguish different geopolitical groups between which unequal and postcolonial relations take place, including Natives, migrants, French and English people. On the theoretical level, the study belongs to the field of an intercultural and multireligious feminist theology. We heard the narratives of women coming from different religious or spiritual traditions. What strategies do they have to create a relational justice? Four dimensions are found in their actions: criticizing hierarchies to create equality, unlearning their own biases, building up a self-esteem that integrates their tales of suffering, as well as others’, and the transforming force of their group of affinity.
ISSN:1188-7109
Contains:Enthalten in: Théologiques
Persistent identifiers:DOI: 10.7202/1033096ar