Le discours sur les religions chez Grégoire de Nazianze et Maxime le Confesseur, ou l'art de discréditer le « monothéisme » juif

Le discours sur les religions de Grégoire de Nazianze, d'abord ternaire (polythéisme, athéisme, judaïsme) devient binaire (judaïsme et hellénisme). Le judaïsme y occupe la catégorie qui correspond aujourd'hui au « monothéisme ». Une tentative originale de Grégoire consiste à recourir aux c...

Full description

Saved in:  
Bibliographic Details
Published in:Revue de l'histoire des religions
Main Author: Boudignon, Christian 1970-
Format: Electronic Article
Language:French
Check availability: HBZ Gateway
Journals Online & Print:
Drawer...
Published: Colin [2017]
In: Revue de l'histoire des religions
Year: 2017, Volume: 234, Issue: 4, Pages: 777-795
Standardized Subjects / Keyword chains:B Gregorius, Nazianzenus 329-390 / Maximus, Confessor, Heiliger 580-662 / Judaism / Monotheism / Comparison of religions / Christianity
IxTheo Classification:AX Inter-religious relations
KAB Church history 30-500; early Christianity
Online Access: Volltext (Verlag)
doi
Description
Summary:Le discours sur les religions de Grégoire de Nazianze, d'abord ternaire (polythéisme, athéisme, judaïsme) devient binaire (judaïsme et hellénisme). Le judaïsme y occupe la catégorie qui correspond aujourd'hui au « monothéisme ». Une tentative originale de Grégoire consiste à recourir aux catégories politico-religieuses (polyarchie, monarchie, anarchie) et à introduire dans le « monothéisme » juif l'idée de rébellion de l'Un contre lui-même, ce qui aboutirait à un polythéisme. Refusant l'idée de dissension en Dieu, Maxime le Confesseur propose à partir des positions de Grégoire, un autre discours sur les religions où, face au polythéisme, le « monothéisme » juif serait réduit à l'athéisme, laissant ouverte pour le christianisme la catégorie du « monothéisme ».
Gregory of Nazianzus's discourse on religions is at first ternary (polytheism, atheism, Judaism) and later becomes binary (Judaism and Hellenism). Judaism is not only a religion but also the central category for what we call “monotheism” today. But Gregory also makes an original attempt to skip this category in his political discourse on religions (polyarchy, monarchy, anarchy), and instead inserts into Jewish “monotheism” the Neoplatonist idea of the rebellion of the One against himself in order to dismiss it as a polytheism. Maximus the Confessor refuses the notion of dissent within God, and, based on Gregory's positions, proposes to reduce Jewish “monotheism” to atheism, so that Christianity may appear as the only real “monotheism”.
ISSN:2105-2573
Contains:Enthalten in: Revue de l'histoire des religions
Persistent identifiers:DOI: 10.4000/rhr.8834