Dans mon parcours, rien ne me destinait à une carrière de traducteur

Jusqu'à tout récemment, la plupart des francophones ignoraient l'existence à Montréal d'une littérature de langue yiddish. Dans cet article, l'auteur explique comment il a découvert les auteurs yiddish canadiens et comment il s'est mis à l'apprentissage de la langue pou...

Full description

Saved in:  
Bibliographic Details
Published in:Théologiques
Main Author: Anctil, Pierre 1952-
Format: Electronic Article
Language:French
Check availability: HBZ Gateway
Journals Online & Print:
Drawer...
Published: Fac. [2016]
In:Théologiques
Year: 2016, Volume: 24, Issue: 2, Pages: 167-181
Online Access: Volltext (Resolving-System)
doi
Description
Summary:Jusqu'à tout récemment, la plupart des francophones ignoraient l'existence à Montréal d'une littérature de langue yiddish. Dans cet article, l'auteur explique comment il a découvert les auteurs yiddish canadiens et comment il s'est mis à l'apprentissage de la langue pour traduire leurs oeuvres en français. Il s'attarde en particulier à la signification historique de ces écrits pour l'histoire de l'immigration à Montréal et décrit l'approche qu'il a employée pour réaliser ses premières traductions. Il s'arrête en particulier sur la figure de David Rome, l'archiviste du Congrès juif canadien qui lui a inspiré ses premiers efforts, et à l'oeuvre du poète montréalais Jacob-Isaac Segal qu'il a entrepris de traduire au début des années 1990. Ces travaux ont revêtu une signification symbolique particulière, car ils ouvraient la voie pour la première fois à une meilleure compréhension de la Grande Migration juive est-européenne du début du xxe siècle, et donnaient à lire un univers aux paramètres culturels très différents.
ISSN:1492-1413
Contains:Enthalten in: Théologiques
Persistent identifiers:DOI: 10.7202/1050506ar